Liens

Voici deux liens principaux qui vous permettront, pour le premier, de connaître l’ensemble de mes activités artistiques (musique, ingénierie du son, poésie, peinture, philosophie, auto-productions de disques et spectacles, etc) et le deuxième, concernant mon travail de recherche et ma découverte mathématique musicale, ainsi que sa théorisation développée en partie sur le site puisque je garde cette découverte et ses possibilités d’application en tant que nouvelle technique de composition fondant une nouvelle musique et une nouvelle culture, n’en divulguant qu’une partie, découverte que j’ai nommée les Modes Parallélants, à la suite de plus de quinze années d’études et une dizaine d’années de pratique professionnelle des métier de musicien et de compositeur. Je vous invite à découvrir des audios notamment, ainsi que des vidéos accompagnant certains de mes audios, proposant à l’écoute non-téléchargeable, uniquement des extraits de mes albums en auto-production, certains albums CDLP dont la distribution est faite par la plupart des plateformes de vente et téléchargement légal dans plus de deux cent cinquante pays, sachant mes auto-productions ayant dépassé le chiffre de quatorze, sans compter la pièce radiophonique intitulée « La Fin de Satan », dont la longueur est de sept heures d’écoute possible en sept disques. Vous pouvez chercher sur internet les liens soundcloud qui permettent d’écouter notamment cette pièce radiophonique, ainsi que consulter les liens qui sont présents dans mon site principal.

http://merlinproductions.fr

http://merlinproductions.fr/metisjazz.eu

Présentation

Bonjour,

Voici un blog personnel, venant compléter les deux, trois ou quatre sites officiels concernant mes activités artistiques en tant que Travailleur Indépendant depuis 1996.

Je ne rentrerai pas dans le détail de ce que j’ai déjà pu dire auparavant dans ces sites ou sur ma page facebook(.com/nirmel.mouchiquel), non plus que je ne peux certifier l’exactitude des différents sites qui diffusent ma musique ou la distribue, que ce soit légalement ou pas, puisqu’en vérifiant par moi-même, j’ai constaté un peu des deux sans que je le sache.

Ce blog n’est pas fait pour recevoir une remise en cause de ma pensée personnelle ou mon travail de recherche philosophico-artistique (sans philosophie, pas d’art, donc pas de musique notamment). Je donne un exemple simple, je pense que la photographie, le cinéma et la danse ne sont pas de l’art, puisque le corps a besoin d’être nourri et a un but utile qui est de permettre de se déplacer ou de saisir des objets, ce en quoi je suis d’accord avec Hegel quoique l’on en pense, et qu’en plus la photographie et le cinéma sont des activités qui sont la captation à l’exact de la réalité ou d’une réalité transformée, ce qui n’est pas le cas de la peinture ou de la musique, ni même de la poésie, qui sont l’utilisation d’une technique afin d’utiliser des éléments issus de la réalité et sélectionnés, que ce soit pour reproduire la réalité, pour la déformer, ou pour tenter d’en inventer une qui peut, ou pourrait être ou avoir été. Je pense d’ailleurs, que ce qui est anti-culturel n’est pas culturel, en ceci un soi-disant art nazi ne peut pas exister. Ensuite, comme l’a dit Emile Durand de son vivant, et il a donc trouvé les mots pour exprimer une pensée que je n’avais pas conceptualisée comme telle mais que j’avais déjà exprimée avant d’avoir eu connaissance de cette parole de sa part, ce qui est venu légitimer ma propre réflexion et ce concept, donc, « l’expression ne saurait précéder l’idée qu’elle exprime ». Ensuite, Hegel a eu raison de dire dans son Esthétique Tome 1 que l’oeuvre d’art parfaite est l’adéquation exacte d’une forme à son idée, et c’est donc d’abord l’idée et ensuite la forme, afin de diriger l’ouvrage artistique que l’on veut réaliser afin d’entrer dans le cadre de l’artistique, et non pas se disperser à marquer n’importe quoi sans réfléchir. Enfin, comme je l’ai déjà dit dans ma Contresquisse et Critique du Structuralisme, Essai d’Ontologie Artistique Tome 1, ainsi que dans « Eve, à côté d’Adam », ce qui n’a pas de sens n’en prend pas a posteriori.

J’écris actuellement le Tome 2 de mon Essai d’Ontologie Artistique, hommage critique à la philosophie de E.Kant et de ce que j’ai nommé le projet (pré-)kantien qui est le projet global néfaste pour le monde, décidé par le passé au regard du présent actuel puisque les Droits de la Femme et des femmes était prévisible et que ce projet avait apparemment, au regard de l’Histoire (que j’appelle la post-préhistoire), comme but, de faire échouer le féminisme en tant que ce féminisme a pour fondement la virginité et la défense de soi. L’Histoire en effet, nous apprend que le fondement de la société et de tout concept de dignité (puisque « virgun » signifie la dignité) est ce droit à la virginité, concept de gauche s’il en est politiquement parlant, signifiant que tout concept relié à la dignité est de gauche par définition. Je tiens à préciser que de plus, cela fait une dizaine d’années qu’à Dijon, la mairie est socialiste, et que l’on n’a pas attendu d’y être contraint par un risque de dictature pour faire en sorte que, il n’y a pas de risque de dictature de toute façon en France. L’Histoire nous apprend également, à l’heure actuelle, ce qui pour moi, notamment équivaut à l’échec du féminisme au Maroc, en Tunisie et en Algérie, et l’échec des révolutions démocratisantes et républicaines, anti-capitalistes. Toute l’histoire humaine, depuis deux cent mille ans à peu près, est fondée même politiquement et surtout politiquement, sur l’histoire du viol et des viols, et la nécessité afin de lutter contre, de la Justice et de l’Egalité des droits entre les hommes et les femmes, et donc la nécessité de la monogamie et de la monoandrie, afin d’établir la paix et la justice sociale. Bien évidemment, ceci ne peut se faire sans le respect des notions de droit de démocratie et de république, deux notions de gauche que la droite au cours de l’Histoire, donc, n’a pas pu faire autrement que d’installer tant bien que mal, un minimum, même ne sachant pas en quoi pouvait consister exactement ces deux notions ni trop à quoi elles pouvaient servir, en regard du nombre de guerres et de catastrophes que le non-respect de ces deux notions et des droits des femmes, notamment, ont engendrées au fur et à mesure des millénaires. Le socialisme n’est donc pas une fatalité, puisque toute fatalité est par définition morbide, mais une nécessité logique socialement parlant. Voilà en quoi je soutiens le gouvernement français à l’heure actuelle, dans son et ses efforts de redressement de la France et la culture française dont l’Histoire et le rayonnement sont d’abord culturels (si, si, je vous le confirme) et dans ses efforts pour améliorer le bon établissement de l’Europe et le projet européen, qui n’est pas l’ouverture effrénée au capitalisme, bien évidemment. Vous savez tous et toutes comme moi que l’Occident n’est pas par définition capitaliste et qu’au sein même du capitalisme, des individus se battent contre le capitalisme, tels moi-même en tant que Profession dite libérale, regroupant tous les métiers liés donc aux activités artistiques (musique(s), peinture, poésie, philosophie, sculpture, auto-production de disques et de spectacles, auto-édition, recherche notamment en électro-acoustique, etc). Le problème de la rémunération des compositeurs tels moi-même (j’ai plus de 250 compositions déposées à la SACEM, même si très peu sont exploitées et diffusées) et des Auteurs qui est une notion très bien définie par la Loi française correspond à constater le manque de motivation mondial pour l’exercice de ce métier dont déjà les études peuvent être très longues et ne même jamais se terminer, j’en sais quelque chose quand même, n’ayant pas fini d’apprendre et découvrir au bout de trente-cinq ans d’exercice de la musique. Le Droit d’Auteur est un droit inaliénable comme tout droit, et correspond à la rémunération d’un artiste dont la présence n’est pas nécessaire pour l’exécution publique de son ou ses oeuvres (je cite de mémoire). Le Droit d’Auteur protège notamment les nom et prénom de l’Auteur, quels que soient son âge ou son sexe, et sans discrimination, à condition d’adhérer aux sociétés dites d’auteur dont la SACEM, la SACD et d’autres dont je ne vais pas faire la liste ici. L’adhésion à une société d’auteur nécessite des conditions et des conditions d’éthique, notamment de ne pas participer à la prostitution (les proxénètes n’ont pas l’autorisation de toucher des droits d’auteur pour l’exploitation sexuelle et l’esclavagisme). Bien évidemment, un musicien n’est pas forcément un compositeur (mettez les mots au féminin en cas de besoin pour la bonne compréhension du texte). Enfin, le Droit d’Auteur n’est absolument pas une taxe, puisqu’il y a paiement des charges salariales et prélèvement d’un pourcentage pour les frais de fonctionnement dont les salaires des employés qui collectent et gèrent le Droit d’Auteur, ainsi que pour les fonds de soutien, aides à l’auto-production ou l’auto-réalisation après dépôt de dossier de candidature, fonds de soutien aux salles de musiques dites actuelles (les SMAC), etc et puisqu’il est prélevé une TVA à taux réduite qui est versée à l’Etat du pays où la société de collecte réside (7% en France). Le Droit d’Auteur n’est pas une taxe et n’a jamais été une taxe.

Tout ceci donc, pour clore le débat. Ce sont l’exposé des idées disons générales qui fondent tout mon travail artistique, découlent de ma réflexion et de ce que je suis allé chercher comme information afin de fonder ma culture personnelle, ce qui fonde d’abord ma vie, et ensuite le travail dans les différents domaines de l’Art, que j’ai donc le droit d’exercer, et que j’exerce, bénéficiant des aides de l’Etat auxquelles j’ai droit, notamment en regard des efforts que j’ai fournis et du manque de niveau de rémunération de mon travail qui m’était pourtant dû, ce qui ne manque pas de n’être qu’un minimum compensé, non pas un remplacement de ma rémunération. De plus, le lèse de mes droits humains fondamentaux et inaliénables également à tout droit pour toute personne, me permet d’authentifier de la légitimité de cette aide de l’Etat français et des collectivités qui en sont nées, et je vous garantis qu’à une certaine époque, la reconnaissance de mes droits n’a pas été une chose facile, en regard donc, de l’histoire telle que je la connais maintenant qui s’est déroulée sans que je le sache et dont j’ai informé sur ma page facebook personnelle, ce qui fait que je n’ai pas à y revenir non plus. Justice se fait donc de mieux en mieux en fonction de cette histoire maintenant divulguée.

Voici les éléments de fond de ce blog que je n’entretiendrai pas aussi souvent que d’aucuns voudraient le faire croire me connaître ne me connaissant pas, mais je vous invite à communiquer le plus possible, puisque c’est un endroit de parole (écrite), que vous fassiez des fautes d’orthographe ou non, que vous soyez homme ou femme (et les enfants également sont soit des hommes soit des femmes), quelque soit votre couleur de peau, que vous vous sentiez beau ou pas ou belle ou pas. C’est un espace de lecture et de débat (sur des questions sérieuses, donc sans pensée extrémiste, ni extrémisante ni discriminatoire, ni sexiste, évidemment, pour que ce soit sérieux), ce qui n’empêche pas l’humour. Je tiens à préciser que je n’ai jamais acheté de télévision depuis que je suis parti de chez mes parents (avec lesquels je m’entends très bien, rassurez-vous, je ne suis pas resté à Dijon toute ma vie pour rien non plus, tout en ayant un petit peu habité parfois ailleurs en France).

Que pensez-vous des fondements de mon ontologie artistique?

(merci).